Vous recherchez une actualité
Actualités

PRÉPARATIONS pour NOURRISSONS: Seul un pays sur 5 respecte les recommandations

Actualité publiée il y a 6 années 2 mois 2 semaines
OMS

Informations non objectives, publicité mensongère, fausses allégations sanitaires, distribution de matériels éducatifs en défaveur de l’allaitement au sein exclusif, distribution d’échantillons de préparations pour nourrissons, toutes ces techniques marketing qui vont à l’encontre de l’allaitement maternel exclusif durant les 6 premiers mois de vie de l’enfant –au moins-, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) tire la sonnette d’alarme. Car seul un pays sur 5 suit aujourd’hui les recommandations du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel. Un nouveau rapport qui explique pourquoi, encore aujourd’hui, dans le monde, seuls 38% des nourrissons sont exclusivement nourris au sein pendant les 6 premiers mois de la vie.

Ce nouveau rapport de l'OMS, publié à l'occasion de la Semaine mondiale de l'allaitement maternel, du 1er au 7 août, rappelle d'abord tous les bénéfices de l'allaitement au sein, pour l'enfant (ne serait-ce que pour optimiser sa survie) mais aussi la mère (dont l'effet contraceptif naturel). Mais l'allaitement maternel est aussi associé à d'innombrables autres bénéfices sanitaires, comme la prévention du surpoids, de l'obésité et du diabète mais également à un meilleur développement cognitif de l'enfant.


Le Dr Carmen Casanovas, chargé de nutrition à l'OMS affirme même que « «pratiquement toutes les mères sont physiquement capables d'allaiter leur enfant et le feront si on leur fournit des informations et un soutien adéquats ». Cependant le rapport montre une réalité toute différente :

· Seuls 19% des pays pris en compte dans l'étude ont adopté des lois reflétant l'ensemble de ses recommandations.

· Seuls 35% interdisent totalement la publicité en faveur des substituts du lait maternel,

· seuls 31% interdisent la distribution d'échantillons gratuits,

· seuls 32% interdisent toute incitation d'utilisation aux professionnels de santé,

· 42% communiquent sur la supériorité de l'allaitement au sein,

· seuls 23% contrôlent leur politique d'allaitement.

De 38% à au moins 50% d'ici 2025 : L'OMS appelle donc à éliminer ou à défaut réduire toutes les formes de promotion des substituts du lait maternel, y compris la promotion directe ou indirecte auprès des femmes enceintes et des mères de jeunes enfants avec l'objectif de faire passer le taux mondial d'allaitement au sein exclusif pendant les 6 premiers mois, de 38% à au moins 50% d'ici 2025. Plusieurs mesures ont été mises en œuvre à cet effet, comme,

· des formations délivrées aux professionnels de santé pour apporter un meilleur soutien aux mères allaitantes,

· l'Initiative OMS/UNICEF d'établissements « amis des bébés » aujourd'hui mise en œuvre dans plus de 150 pays,

· et, bien entendu la communication sur les risques sanitaires liés aux préparations pour nourrissons.

Les risques des substituts du lait maternel : Alors que le lait maternel apporte à l'enfant tous les éléments nutritifs dont il a besoin pour son développement, les préparations pour nourrissons ne contiennent pas les anticorps nécessaires, et entraînent des risques liés à l'utilisation d'eau non potable ou de matériel non stérilisé. Leur trop forte dilution peut entraîner la malnutrition.

L'allaitement maternel présente également des avantages pour la mère.

Autres actualités sur le même thème