Vous recherchez une actualité
Actualités

PUBERTÉ: Une jeune fille privée de récepteur des oestrogènes

Actualité publiée il y a 6 années 4 mois 4 jours
NEJM

C’est la première fois qu’une mutation du récepteur des œstrogènes, qui va bloquer l’action des œstrogènes est identifiée chez une femme. Ce rapport, de chercheurs de la Georgia Regents University (GRU), publié dans le New England Journal of Medicine, montre l’importance du rôle de ce récepteur des œstrogènes, en particulier dans la croissance et la santé des os.

Cette jeune fille âgée de 18 ans ne présentait aucun développement des seins et n'avait pas ses règles, des symptômes habituels d'une déficience en œstrogène, une cause habituelle de retard de la puberté. Des études ont ensuite révélé des niveaux exorbitants de l'hormone sexuelle dans son sang, explique l'auteur principal, le Dr Lawrence C. Layman, du Service Endocrinologie de la reproduction, Infertilité et Génétique de la GRU. « Son corps ignore totalement l'œstrogène, qui, même à des niveaux de 10 à 15 fois la normale, n'a aucun effet »." Des études de laboratoire ont montré un peu plus tard qu'il faudrait 240 fois le niveau normal pour obtenir une réponse sur le récepteur muté.


Sur 2 récepteurs d'œstrogènes confirmés, les tests génétiques ont montré que la jeune femme présentait une mutation dans le récepteur d'œstrogènes α, essentiel à la reproduction et à la santé des os. Les niveaux d'oestrogène dans le sang étaient comparables à celles d'une souris dont le gène récepteur oestrogène-α a été supprimé.

La toute première mutation du récepteur α de l'œstrogène, identifiée chez un homme, de 28 ans, l'a été il y a plus de 20 ans. Ce cas avait alors également été décrit dans le NEJM. Ce patient présentait des problèmes osseux aux genoux, des signes de résistance à l'insuline, son taux de testostérone, son taux d'œstrogènes était élevé mais il ne montrait aucune réponse à l'œstrogène. L'équipe de recherche avait identifié alors ce défaut du récepteur des œstrogènes, concluant au rôle important de l'œstrogène pour la santé osseuse tant chez les hommes que chez les femmes.

Ici, la mutation du récepteur α de l'œstrogène, identifiée chez cette jeune femme, entraîne une résistance sévère à l'œstrogène, néfaste pour la reproduction, le développement des seins et la santé des os. Bien qu'en bonne santé, la jeune femme était venue consulter en raison de son manque de développement des seins et son absence de règles ainsi que pour des douleurs persistantes au bas-ventre. Son examen a révélé des niveaux d'œstrogène extrêmement élevés et de multiples kystes ovariens. Ce défaut du récepteur entraîne une impossibilité d'utiliser l'œstrogène disponible.

· Ainsi, la production de kystes ovariens était liée à une production continue de follicules. Car, normalement, le niveau d'œstrogène et son récepteur indique au cerveau le « trop plein » d'hormone sexuelle.

· Les niveaux d'insuline augmentent entraînant le risque de diabète. Et si la jeune femme présentait une glycémie normale, d'autres indices laissaient présager la proximité d'un pré-diabète.

· Enfin, des niveaux élevés d'hormones masculines pouvaient annoncer l'obésité.

Aujourd'hui, cette jeune fille mesure un peu plus d'1m50, a une faible masse osseuse pour son âge avec une structure osseuse anormale. On sait que sur la souris, l'élimination du récepteur d'œstrogènes β n'entraîne pas de problèmes significatifs et l'élimination du récepteur α un impact similaire et important.

Autres actualités sur le même thème