Vous recherchez une actualité
Actualités

RISQUE CARDIAQUE: 5 grammes d'algues pourraient changer la donne

Actualité publiée il y a 3 années 3 mois 3 semaines
Phycologia

Une bonne part du risque cardiovasculaire vient de notre alimentation. Or l’alimentation devra se diversifier vers de nouvelles sources, sous peine de pénurie alimentaire. Il est possible que ces « nouveaux » aliments nous apportent des bénéfices jusque-là inconnus. C’est le cas des algues, plébiscitées avec cette étude de l'Université du Danemark du Sud, qui suggère qu’ajouter quelques grammes d'algues séchées dans notre assiette et particulièrement dans nos aliments transformés, pourrait « soulager » le fardeau des maladies cardiovasculaires. Le point dans la revue Phycologia, la revue spécialisée dans la science ...des algues.

Il s'agit donc d'ajouter certaines algues dans les aliments transformés tels que les pizzas surgelées, les hot-dogs ou les viennoiseries afin de réduire le risque de maladies cardiovasculaires. En remplaçant seulement 5% de la farine de la pâte à pizza par des algues séchées en granulés, le risque cardiaque serait déjà réduit de manière significative.


C'est la suggestion de ce professeur de biophysique, Ole G. Mouritsen, un expert des algues « alimentaires » qui suggère de remplacer ainsi une partie du sodium, des acides gras trans ou autres nutriments à haute teneur en calories, par cet apport en algues, riches en antioxydants, en éléments macro et micronutritionnels, dont protéines, minéraux, oligo-éléments, fibres alimentaires et acides gras polyinsaturés bénéfiques pour la santé.

L'auteur a analysé plus 35 espèces d'algues différentes et leurs effets sur la santé. Il peut suggérer ainsi les espèces à incorporer aux aliments transformés (charoides musciformis, Mastocarpus stellatus, Palmaria palmata, Laminaria japonica, et Ulva pertusa) pour leur valeur nutritive et leurs apports en anti-oxydants. Il met également en évidence les avantages pratiques, pour les fabricants des macroalgues marines dans la production des aliments les plus courants.

· L'exemple du « sel d'algues » illustre les implications pratiques de ces travaux, car ce sel ne conduit pas à l'hypertension artérielle (HTA) contrairement aux sels de sodium, généralement utilisés dans les aliments transformés.

· Autre exemple, la saveur « umami » de l'algue, ou 5è saveur de base, connue pour favoriser la satiété et réguler la prise alimentaire, et pour réduire les besoins de sel, en sucres et en graisses.

· Dans la pâte à pizza, 5% de la farine pourraient être remplacés par des algues séchées, pour plus de micronutriments bénéfiques à la santé.

· Idem, pour les produits de la viande, où il apparait également possible et souhaitable d'ajouter des algues et offrir ainsi au consommateur un apport accru en fibres alimentaires et en antioxydants et de contribuer à maintenir les taux de cholestérol.

Quelle dose idéale ? Il reste difficile, même à la lumière de ces travaux, de déterminer combien d'algues une personne devrait consommer pour bénéficier de ces avantages. Les auteurs apportent néanmoins une estimation, soit 5 à 10 grammes d'algues séchées par jour.

Mais les algues, c'est « bon » ? L'équipe a interrogé un groupe de participants en surpoids, mais en bonne santé sur le goût d'un pain fabriqué avec des algues séchées. La réaction reste positive tant que le taux d'algues reste < à 4%. Ceci dit, en consommant du pain à 4% d'algues séchées, c'est un apport supplémentaire de 4,5 g de fibres par 100 g et la promesse d'un apport énergétique réduit de 16,4% dans les 24 heures qui suivent la consommation du pain enrichi.

Quelques points à retenir :

· Les algues contiennent peu de calories,

· elles sont riches en acides aminés essentiels,

· en fibres alimentaires,

· en minéraux,

· en oligo-éléments,

· en vitamines,

· en acides gras polyinsaturés.

· 5% d'algues séchées n'enlèvent pas à une pâte sa capacité à lever.

· les algues séchées peuvent être stockées pendant des mois ou des années sans perte de saveur ni de valeur nutritive.

· les algues séchées existent et peuvent être ajoutées sous forme de poudre, de granulés ou de morceaux, aux pâtisseries, œufs, pommes de terre, légumes ou poissons.

· Certaines poudres et granulés peuvent être utilisés comme substitut du sel.

· Attention, certaines espèces peuvent contenir de grandes quantités d'iode.

· Il ne faut jamais consommer des algues recueillies sur la plage et simplement lavées !

« Certaines substances des algues peuvent avoir un effet important dans la réduction des maladies cardiovasculaires. Nous pensons que cette connaissance doit être partagée par les industriels mais aussi les consommateurs », conclut l'auteur en substance.

Source: Phycologia November 2015 A role for dietary macroalgae in the amelioration of certain risk factors associated with cardiovascular disease (Visuel@ Birgitte Svennevig / SDU)

Lire aussi: OBÉSITÉ: Les algues et leurs alginates pour perdre du poids

Maladies CARDIO: L'extrait d'algue qui augmente le bon cholestérol

RISQUE CARDIAQUE: Un composé courant de l'algue pour le dépister -


Interstitiel escarre

Interstitiel hydrot boostclosure

* Temps de fermeture de l’ulcère avec HydroTac® : moins de 15 semaines alors que les données de la littérature montrent que 40-60% des ulcères nécessitent 20 à 24 semaines pour cicatriser. (1) Mikosiński, J. et al. Clinical assessment of a foam dressing containing growth factor-enhancing hydrated polyurethanes. J Wound Care.2018;27(9):608-18. HydroTac® : DM de classe IIb – Fabricant : PAUL HARTMANN AG – Organisme notifié : CE 0123. Lire attentivement les instructions figurant dans la notice (et/ou sur l’étiquetage). Remboursé par les organismes d’assurance maladie : consultez les modalités sur le site www.ameli.fr. Réf : 14122018. Date de création : Décembre 2018

Autres actualités sur le même thème

Pages