Vous recherchez une actualité
Actualités

STATINES : Possibles en cas de mauvais bilan hépatique ?

Actualité publiée il y a 9 années 3 mois 12 heures
The Lancet

La prescription d’une statine à un patient à bilan hépatique anormal pourrait devenir possible. Car selon les résultats de cette analyse de chercheurs de l’University of Thessaloniki (Grèce) et de l’University College London, l'utilisation à long terme des statines pourrait même améliorer la fonction hépatique des patients traités pour maladie coronarienne. Ces résultats publiés dans la revue The Lancet du 4 décembre 2010 montrent également que les statines confèrent aussi une protection cardiovasculaire supérieure aux patients qui présentent un bilan hépatique perturbé au début du traitement.

Cette analyse a été réalisée à partir des données de l'étude GREACE (Greek Atorvastatin and Coronary Heart Disease Evaluation). Son objectif de départ, évaluer si un traitement par statine est sûr et efficace chez 1.600 patients atteints de maladie coronarienne et hospitalisés en Grèce pour recevoir les soins habituels ou des statines. La principale conclusion de cette analyse est la réduction des risques de premier événement cardiovasculaire récurrent chez les patients traités par statines qui présentaient des tests hépatiques modérément anormaux. Cette réduction du risque a été comparée à celle des patients non traités par statines et à celle de patients à bilan hépatique initial normal.


Des bénéfices cardiovasculaires plus importants en cas de bilan hépatique initial anormal : Sur 437 patients au bilan hépatique « modérément » anormal au début de l'étude, 227 ont été traités par une statine (atorvastatine - 24 mg par jour) et ont présenté une amélioration substantielle des tests hépatiques tandis que les 210 patients non traités avec une statine ont présenté des augmentations de concentration d'enzymes hépatiques. Les événements cardiovasculaires sont survenus chez 10% des patients du groupe « statine » vs 30% des patients qui n'ont pas reçu le traitement par statine (ces 2 groupes présentant un bilan hépatique anormal au départ). Un résultat plus positif encore que celui constaté chez des patients à bilan hépatique normal.

Cette analyse suggère la sécurité du traitement par statines et son efficacité sur la santé hépatique et sur la réduction de la morbidité cardiovasculaire chez des patients à maladie hépatique de type stéatose hépatique non alcoolique.