Vous recherchez une actualité
Actualités

TDAH et hyperactivité: Et s'ils se voyaient à l'imagerie?

Actualité publiée il y a 5 années 6 mois 1 semaine
Radiology

Des connexions perturbées entre les certaines zones du cerveau, visibles à l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle à l'état de repos, associées au trouble du déficit de l'attention / Hyperactivité (TDAH), c’est l’aboutissement de cette recherche chinoise. Une découverte primordiale, qui va favoriser un diagnostic précoce et objectif du TDAH, alors que sa prévalence augmente.

Le TDAH qui affecte environ 5% des enfants et des adolescents est un trouble caractérisé par des degrés élevés d'inattention, d'hyperactivité et d'impulsivité. Ici, les chercheurs de l'Université du Sichuan (Chine) ont utilisé l'IRMf, pour évaluer la fonction neuronale, non pas lorsque le sujet se concentre sur l'exécution d'une tâche mais lorsque le cerveau n'est pas concentré sur une tâche spécifique. Les chercheurs ont comparé les résultats d'imagerie chez 33 garçons atteints de TDAH, âgés de 6 à 16 ans, avec ceux de 32 enfants du même âge sans TDAH. Ils ont rapproché leurs observations des scores obtenus par les participants à des tests de la fonction exécutive, dont de planification, d'organisation, de gestion du temps et de régulation des émotions.


Une concordance entre le comportement, les symptômes et les données d'imagerie : Les résultats montrent que les patients atteints de TDAH ont une structure et certaines fonctions hébergées dans certaines zones cérébrales comme le cortex orbito-frontal et le globus pallidus (ou paleostriatum impliqué dans le contrôle de l'inhibition) modifiées. Ces anomalies structurelles et fonctionnelles dans ces régions du cerveau seraient impliquées, selon les chercheurs, dans l'inattention et l'hyperactivité chez les patients atteints de TDAH.

  • Les chercheurs relèvent également des anomalies dans les connexions neuronales à l'état de repos, traduisant un dysfonctionnement exécutif.

Des données qui suggèrent l'utilité clinique de l'observation par IRMf des modifications structurelles et de connectivité, qui apparaissent ici comme un marqueur utile au diagnostic comme ensuite au suivi de la progression de la maladie. Si des études plus larges restent nécessaires pour confirmer, c'est un pas important dans le diagnostic objectif du TDAH. C'est également la première étape d'un projet chinois plus vaste qui consiste à explorer le potentiel diagnostique et pronostique de l'IRM dans les troubles psychiatriques.

Source: Radiology Intrinsic Brain Abnormalities in Attention Deficit Hyperactivity Disorder: A Resting-State Functional MR Imaging Study (In Press) via AAAS

Pour en savoir plus sur l'Hyperactivité, le TDAH

Autres actualités sur le même thème