Vous recherchez une actualité
Actualités

TROUBLES MENTAUX, HANDICAP: La violence n'est pas loin, alerte l'OMS

Actualité publiée il y a 7 années 6 mois 3 semaines
The Lancet

Les personnes souffrant de troubles mentaux sont souvent victimes de violence. Qui dit handicap dit aussi trop fréquemment violence subie. En fait, ces personnes sont même 4 fois plus susceptibles d'en être victimes. Cette statistique alarmante est l’une des conclusions de cette étude financée par le Département OMS contre la violence et pour la prévention des traumatismes et des handicaps, menée par l'Université John Moores de Liverpool et publiée dans l’édition en ligne du 28 février du Lancet.

Fréquemment, les personnes atteintes s'avèrent victimes de violences l'année précédente. En combinant les données de 26 études, les chercheurs constatent que 24% des cas de maladie mentale, que 6% des cas de déficience intellectuelle et plus de 3% des cas de handicap (tous types) sont associés à une agression physique durant l'année précédente. Les personnes handicapées sont donc plus à risque de violence que les personnes non handicapées.


Le handicap souvent victime de violences : Cette méta-analyse souligne également que le taux de 15% environ d'adultes dans le monde atteints de handicap, va fortement augmenter en raison du vieillissement des populations et de l'augmentation des maladies chroniques. Ces personnes handicapées sont à risque accru de violence en raison de plusieurs facteurs, comme l'exclusion de l'éducation et l'emploi, le manque de communication, la stigmatisation sociale et la discrimination. Les auteurs confirment également nombre croissant de cas de violence physique et sexuelle concernant des personnes handicapées vivant en institution.

Des résultats alarmants : Les personnes dans les études ont été regroupées selon le type de handicap: déficiences physiques, mentales, émotionnelles ou autres problèmes de santé, la maladie mentale, les déficiences intellectuelles, les handicaps physiques et des déficiences sensorielles. Tous les types de violence ont également été examinés : la violence physique, violence sexuelle, la violence du partenaire intime et autres formes de violence. Sur la base de données portant sur 21.557 personnes handicapées,

- 24,3% des adultes souffrant de troubles mentaux avaient été soumis à la violence de tous types (IC : 95% de 18,3 à 31,0%)

- 6,1% des adultes ayant une déficience intellectuelle avaient été soumis à la violence de tous types (IC : 95% de 2,5 à 11,1%)

- 3,2% des adultes atteints de tous types de déficience avaient été soumis à la violence de tous types (IC : 95% de 2,5 à 4,1%)

- Dans l'ensemble, les personnes handicapées sont 1,5 fois plus susceptibles d'avoir subi des violences vs les personnes non handicapées (OR : 1,5, IC : 95% de 1.09 à 2.05).

- Les personnes atteintes de déficience intellectuelle sont 1,6 fois plus susceptibles d'avoir été agressées physiquement vs sans déficience intellectuelle (OR : 1,60, IC : 95% de 1,05 à 2,45).

- Les personnes atteintes de troubles mentaux sont 3 fois plus susceptibles d'avoir été agressées physiquement que les non-malades mentaux (OR : 3,86, IC : 95% de 0,91 à 16,43).

- Les personnes ayant une déficience sont également plus susceptibles d'avoir été agressées physiquement vs sans (OR : 1,31, IC : 95% de 0,93 à 1,84).

Les adultes handicapés ou atteints de troubles mentaux sont donc les premières victimes, parce que plus vulnérables de violence. Et qui dit violence implique handicap et troubles mentaux. Quantifier et sensibiliser sur la prévalence et sur le risque de violence subie par les personnes handicapées est nécessaire pour comprendre l'ampleur du problème et développer des stratégies de prévention de toute urgence, indiquent les auteurs.

Source: The Lancet Early Online Publication February 28 2012 doi:10.1016/S0140-6736(11)61851-5 Prevalence and risk of violence against adults with disabilities: a systematic review and meta-analysis of observational studies.(Visuel OMS)

Lire aussi: MALTRAITANCE: Les enfants transgenres, premières victimes d'abus sexuels

VIOLENCE psychiatrique: Repérer les signes d'alerte pour mieux prévenir

Autres actualités sur le même thème