Vous recherchez une actualité
Actualités

VOLTARÈNE (diclofénac): Nouvelles restrictions pour risque de thrombose artérielle

Actualité publiée il y a 6 années 11 mois 3 semaines
ANSM

A l’issue d’une nouvelle évaluation de l’anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) diclofénac (Voltarène®), l’Agence européenne (EMA) confirme le risque de thrombose artérielle déjà connu, confirme le maintien d’un rapport bénéfice-risque positif mais fait état de nouvelles mises en garde et recommandations, afin de réduire au maximum le risque.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les AINS regroupent un ensemble de molécules aux propriétés anti-inflammatoires, antipyrétiques et antalgiques, qui bloquent l'action de l'enzyme cyclo-oxygénase (COX) de manière plus ou moins sélective. Le diclofénac (princeps Voltarène®) est un AINS classique no sélectif couramment utilisé et associé à une augmentation du risque de thrombose artérielle comparable à celui observé avec les autres AINS inhibiteurs sélectifs de la COX-2 (Coxibs).


Le risque cardiovasculaire lié à la prise d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) est connu et préoccupe les autorités sanitaires françaises et européennes depuis plusieurs années. Déjà en 2006, le Comité des médicaments à usage humain de l'Agence européenne avait déjà procédé à une réévaluation des données concluant à un rapport bénéfice-risque toujours favorable. Néanmoins, une augmentation du risque thromboembolique ne pouvait et ne peut être exclue, notamment lors d'une utilisation à des doses importantes et pendant une longue période. Ce risque thrombotique artériel fait donc partie des risques à évaluer avant prescription, en particulier chez des patients présentant des antécédents.

De nouvelles contre-indications : En novembre 2011, l'Agence européenne EMA avait entrepris la réévaluation du rapport bénéfice/risque des AINS à partir des nouvelles données disponibles.L'évaluation confirme le risque d'effets indésirables cardiovasculaires pour l'ensemble des AINS non sélectifs comparable à celui des inhibiteurs de la COX-2.Si le rapport bénéfice/risque du diclofénac reste favorable, l'EMA publie de nouvelles contre-indications et mises en garde : Le diclofénac est désormais contre-indiqué chez les patients atteints,

· d'insuffisance cardiaque congestive avérée (stades II à IV de la classification de la NYHA[4])

· de cardiopathie ischémique

· d'artériopathie périphérique et/ou

· de maladie vasculaire cérébrale

Evaluation et prescription prudente :

· De plus, le traitement par diclofénac les patients atteints de pathologie cardio-vasculaire doit être réévalué par le médecin.

· Désormais tout nouveau traitement par diclofénac doit être précédé d'une évaluation du rapport bénéfice/risque chez les patients présentant des facteurs de risque cardiovasculaires.

· L'EMA recommande enfin la dose efficace de diclofénac la plus faible possible, pendant la durée la plus courte garantissant le contrôle des symptômes.

Autres actualités sur le même thème