Vous recherchez une actualité
Actualités

ALZHEIMER: Un antiépileptique rétablit la mémoire chez la souris

Actualité publiée il y a 6 années 8 mois 2 semaines
Gladstone Institutes - PNAS

Un antiépileptique pourrait bien rétablir la mémoire dans la maladie d’Alzheimer, selon cette étude du Gladstone Institutes, soutenue, entre autres institutions par les National Institutes of Health. Ces chercheurs du Gladstone Institutes ont découvert qu’un médicament contre l’épilepsie, le levetiracetam, réduit la perte de mémoire ainsi que d’autres déficits liés à la maladie d’Alzheimer dans un modèle souris de la maladie. Cette découverte publiée dans l’édition du 6 août des PNAS, la revue de l’Académie Américaine des Sciences, pourrait représenter à terme un immense espoir pour les 18 millions de personnes atteintes par la maladie dans le monde.

Des scientifiques de l'équipe du Dr. Lennart Mucke, directeur de recherche du département de neurologie du Gladstone Institutes, ont conduit leur recherche sur des souris génétiquement modifiées pour simuler la maladie d'Alzheimer. Ils démontrent que le levetiracetam—médicament prescrit pour traiter les patients épileptiques—réduit non seulement les perturbations de l'activité cérébrale, mais aussi les déficits de mémoire de ces souris. Alors qu'il n'existe aujourd'hui aucun médicament efficace pour prévenir ou guérir la maladie d'Alzheimer, que le nombre de personnes touchées risque de doubler d'ici 2025, cette découverte pourrait répondre à un immense besoin thérapeutique. Aucune stratégie thérapeutique n'a été trouvée pour prévenir ou réduire la perte de mémoire, le symptôme majeur de la maladie, commente Lennart Mucke, co-auteur de l'étude et professeur de neurologie et neuroscience à l'Université de Californie San Francisco (UCSF). «Notre étude s'appuie sur nos précédentes découvertes qui suggèrent un lien entre la maladie d'Alzheimer et certains troubles épileptiques ». L'étude met en effet en évidence de nouveaux mécanismes responsables de la perte de mémoire et démontre qu'il est possible de les bloquer par un médicament antiépileptique. Réduire les altérations de l'activité électrique cérébrale: Toute fonction cérébrale comme la mémoire, est assurée par l'activité des réseaux de neurones. Dans la maladie d'Alzheimer, ces réseaux sont perturbés, entraînant de profondes altérations de l'activité électrique cérébrale. Ces altérations peuvent même parfois provoquer des crises d'épilepsie. « Mais nous ne savions pas si ces altérations de l'activité électrique cérébrale étaient la cause principale de la perte de mémoire dans cette condition neurologique », ajoute le Dr. Pascal Sanchez, auteur principal de l'étude, qui nous a fait parvenir son communiqué. « Nous avons donc étudié plusieurs antiépileptiques, dont le levetiracetam, dans un modèle souris de la maladie d'Alzheimer afin de tester les effets d'une réduction des altérations de l'activité électrique sur la perte de mémoire».


Quelques heures seulement après avoir traité les souris au levetiracetam, les scientifiques constatent une réduction de plus de 50% des altérations de l'activité électrique cérébrale. Après 2 semaines de traitement, la communication entre les neurones était rétablie et les capacités d'apprentissage et de mémorisation des souris améliorées. Enfin les chercheurs ont découvert que le médicament permettait aussi de restituer la quantité de protéines indispensables au bon fonctionnement du cerveau.

Vers l'identification de nouvelles cibles thérapeutiques : «Nous essayons désormais d'identifier les mécanismes biologiques par lesquels ce médicament réduit les perturbations des réseaux de neurones et améliore la mémoire dans ce modèle expérimental », ajoute le Dr. Sanchez. « Ces recherches pourraient aboutir à la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques ». Ces résultats viennent confirmer d'autres données publiées récemment par des chercheurs de l'Institut John Hopkins qui suggèrent des effets bénéfiques du levetiracetam chez des patients souffrant de troubles de la mémoire, une condition qui précède fréquemment la maladie d'Alzheimer.

Si d'autres études, sur un grand nombre de patients, seront nécessaires avant de préconiser l'usage du médicament dans le traitement de la maladie d'Alzheimer en pratique clinique, ces résultats, cohérents, incitent à poursuivre dans cette voie de recherche.


Interstitiel mediset

Autres actualités sur le même thème

Pages