Vous recherchez une actualité
Actualités

AMP: Les britanniques consultés sur une FIV à 3

Actualité publiée il y a 6 années 11 mois 1 semaine
NHS

Débat animé au Royaume-Uni, où l’Agence Human Fertilisation and Embryology Authority (HFEA) qui réglemente l’assistance médicale à la procréation (AMP) sollicite l’opinion publique sur un nouveau traitement de l’infertilité, le remplacement des mitochondries, décrit par le National Health Service comme une technique à la pointe, à la fois de la science et de l'éthique, car il utilise le matériel génétique de 3 personnes ou parents. Objectif, éviter la transmission, par la mère, des maladies mitochondriales.

Objectif de la technique, prévenir les maladies mitochondriales en remplaçant les mitochondries de la mère avec les mitochondries saines d'un donneur, pour obtenir un embryon sain. 1/ 200 enfants naissent chaque année avec une forme de maladie mitochondriale avec des symptômes plus ou moins sévères et très variés, allant de la faiblesse musculaire aux maladies cardiaques et jusqu'à une espérance de vie réduite. Avec cette technique, l'enfant échapperait à ce risque mais aurait le matériel génétique de 3 personnes, une majorité venant de la mère et du père, mais un petit 1% de l'ADN mitochondrial d'un troisième donneur.


Une petite quantité de matériel génétique transmise que par la mère : La quasi-totalité du matériel génétique dans notre corps est contenu dans le noyau de la cellule qui contient 23 chromosomes hérités de notre mère et 23 hérité de notre père. Cependant, il y a aussi une petite quantité de matériel génétique contenu dans les structures cellulaires appelées mitochondries, qui produisent de l'énergie de la cellule. Contrairement au reste de notre ADN, cette petite quantité de matériel génétique n'est transmise à l'enfant que par la mère. Or un certain nombre de maladies rares sont causées par des mutations dans les gènes de la mitochondrie et les femmes porteuses de ces mutations peuvent les transmettre directement à leur enfant.

La HFEA procède actuellement à une revue des méthodes scientifiques pour éviter les maladies mitochondriales, et depuis 2008, la réglementation britannique permet l'utilisation de techniques qui modifient l'ADN mitochondrial d'un ovule ou d'embryon mais uniquement à des fins de recherche et non en pratique clinique. En 2011, un groupe d'experts du ministère de la Santé britannique a produit des conclusions positives qui recommandent une consultation publique sur l'opportunité ou non d'appliquer ces techniques dans le cadre des FIV, pour les couples à risque d'avoir un enfant atteint de graves maladies mitochondriales. Reste aujourd'hui le diagnostic pré-implantatoire qui peut réduire, mais pas éliminer la possibilité d'une maladie mitochondriale.

Les implications éthiques de la technique, qui aboutit à la création d'un embryon ayant le matériel génétique de 3 parents sont nombreuses. Elles comprennent l'anonymat du troisième parent, les effets psychologiques à long terme sur l'enfant, la transformation du matériel génétique d'un embryon avant l'implantation dans l'utérus et les excès possibles avec ces types de techniques, mais, somme toute, des questions qui se sont déjà posées avec la FIV. La HFEA a lancé un site web de consultation qui informe sur les maladies mitochondriales, la technique et les questions éthique. Chacun est libre d'y transmettre son point de vue ou de faire part de ses interrogations.

Source: NHS Should 'three-parent IVF' be allowed? et Human Fertilisation and Embryology Authority (HFEA) Debating mitochondria replacement

Accéder aux dernières actualités sur la FIV

Lire aussi, sur les mitochondries : LONGÉVITÉ: Les femmes vivent plus longtemps grâce à la sélection naturelle

Autres actualités sur le même thème