Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de la PROSTATE : Et si la calvitie précoce était un signe prédictif ?

Actualité publiée il y a 10 années 9 mois 3 semaines
Annals of Oncology

C’est une étude française qui associe aujourd’hui perte précoce des cheveux et risque de cancer de la prostate et constate que les hommes qui développent une calvitie dès l'âge de 20 doivent être vigilants sur leur risque de cancer de la prostate. Des conclusions non sans intérêt -car la calvitie pourrait alors devenir un signal de précoce de surveillance- mais ici les chercheurs précisent que les hommes chauves ne doivent surtout pas s'inquiéter ! Une étude publiée dans l’édition du 15 février des Annals of Oncology.

Cette étude menée par le Pr P. Giraud, Département de radiothérapie-oncologie,Hôpital Européen Georges Pompidou (Paris), suggère que la calvitie masculine, à l'âge de 20 ans est associée au cancer de la prostate. D'autres études n'avaient pas identifié cette association, et certaines concluaient même que la perte précoce des cheveux est liée à un risque moindre de cancer de la prostate ?


Les hommes chauves ne doivent surtout pas s'inquiéter au sujet des résultats de cette recherche, qui sont loin d'être concluants. Il reste beaucoup plus probable que calvitie et cancer de la prostate soient en réalité 2 facteurs de risque commun et d'autres recherches resteront nécessaires pour clarifier cette association.

L'étude a été réalisée par des chercheurs de plusieurs établissements français (Hôpital Geoges Pompidou, Institut Curie, Institut Claudius Régaud et Université Paris Descartes). Cette étude « cas-témoins » a évalué la relation entre l'apparition d'une calvitie précoce de type masculin, et le développement du cancer de la prostate. Une des limites principales des études cas-témoins, c'est qu'elles reposent sur le souvenir des participants sur leur exposition passé à un facteur déterminé, et ici, à leur niveau de perte de cheveux il y a plusieurs années. Les chercheurs ont recruté 669 hommes dont 388 atteints d'un cancer de la prostate. Les chercheurs ont sélectionné des patients témoins qui n'avaient pas de cancer de la prostate et les ont appariés avec les patients atteints, en fonction de leur date de naissance.

Tous les participants ont reçu un questionnaire leur demandant s'ils avaient des antécédents familiaux de cancer de la prostate ou de calvitie. Ils ont ensuite été invités à indiquer leur niveau de calvitie à l'âge de 20, 30 et 40 ans à partir de photos sans calvitie, avec perte frontale des cheveux, perte de cheveux au sommet du crâne, et calvitie totale. Les chercheurs ont ensuite comparé la survenue de la perte de cheveux aux différents âges entre les hommes avec cancer et les participants témoins.

L'étude révèle que la calvitie, à l'âge de 20 ans, est liée à un risque accru de cancer de la prostate. Comparativement au groupe témoin, les personnes atteintes d'un cancer de la prostate étaient deux fois plus susceptibles d'avoir des signes de calvitie dès l'âge de 20 ans. L'étude ne décèle aucun lien entre le cancer de la prostate et le développement plus tardif de la calvitie, à l'âge de 30 ou 40 ans. Les signes de calvitie à 20 ans ne sont pas liés à l'âge auquel les tumeurs se sont développées, et il n'y a pas de lien entre la précocité de la calvitie et la gravité du cancer de la prostate.

En fait, les chercheurs ne tirent pas de conclusions tranchées à l'issue de leur étude. Ils reconnaissent les résultats contradictoires d'études précédentes, la grande disparité sur cette question dans la littérature scientifique et… encouragent la poursuite des travaux sur le sujet !