Vous recherchez une actualité
Actualités

CRISE CARDIAQUE: Un test sanguin bien plus fin pour les femmes

Actualité publiée il y a 4 années 9 mois 1 jour
BMJ

Les symptômes de la crise cardiaque chez les femmes ne sont pas évidents et toutes les femmes n’éprouvent pas la douleur thoracique « classique » annonciatrice. D’où de fréquents retards dans le diagnostic qui peuvent être fatals. La perspective d’un test sanguin capable de contribuer à mieux détecter les premiers signes chez la Femme serait donc bienvenu. C’est le développement proposé par cette équipe d’Edinbourg, un nouveau test est plus sensible aux niveaux de la protéine troponine, libérée dans la circulation sanguine dès dommages au muscle cardiaque. Présentation dans le British Medical Journal.

Le test repose sur la mesure fine des niveaux de troponine, une protéine libérée par les cellules cardiaques qui meurent, en cas de lésion au muscle cardiaque. Plus les niveaux de troponine sont élevés, plus les dommages sont importants. Ces niveaux sont vérifiés en routine en cas de symptômes de syndrome coronarien aigu soit de crise cardiaque ou infarctus du myocarde ou d'angine de poitrine (angor), car ces patients sont à risque élevé de nouvel événement cardiaque. Enfin, ces niveaux de troponine marquent des seuils de risque différents chez les hommes et chez les femmes, un critère bien pris en compte dans ce nouveau test.


Les chercheurs ont mené cette étude de cohorte, auprès de 1.126 patients hospitalisés pour suspicion de syndrome coronarien aigu, âgés en moyenne de 66 ans et à 45% des femmes. L'objectif était

D'évaluer l'efficacité de ce nouveau test sanguin sur le diagnostic de crise cardiaque. Les niveaux de troponine ont été mesurés en utilisant le test standard ainsi que le nouveau test. Ces tests ont été effectués à l'admission et à nouveau 6 à 12 heures plus tard.

Ainsi, le test venait en plus des examens « standards » pratiqués en cas d'alerte et ses résultats n'ont pas été communiqués aux médecins pour ne pas influencer leurs décisions thérapeutiques. Les chercheurs ont suivi durant 12 mois les participants et relevé les événements cardiaques et les décès.

Durant le suivi de 12 mois,

- Une crise cardiaque a été diagnostiquée chez:

· 11% des femmes (n=55)

· 19% des hommes (n=117)

- En prenant en compte les seuils spécifiques au sexe, le nouveau test de troponine permet de diagnostiquer la crise cardiaque chez 2 fois plus de femmes: Précisément,

· Chez 22% des femmes (n=111)

· Chez 21% des hommes (n=131)

Ces femmes détectées par le nouveau test présentent, en effet, un risque similaire (ou une incidence) de crise cardiaque ou de décès dans les 12 mois similaire à celui des femmes diagnostiquées par les examens standards.

Mais l'efficacité s'accroît encore après prise en compte des principaux facteurs de confusion (âge, fonction rénale, diabète) et en comparaison des patients ans modifications de l'ECG et avec tests de troponine négatifs : Le test + EEG permet de détecter 6 fois plus de patientes et 5 fois plus de patients à risque de crise cardiaque ou de décès à 12 mois.

Les disparités déjà connues de prise en charge entre hommes et femmes, sont également rappelées : Les femmes avec diagnostic de crise cardiaque via tests standards restent moins susceptibles que les hommes :

- D'être adressées à un cardiologue (80% chez les femmes vs 95% chez les hommes),

- de bénéficier d'un traitement par statine (60% vs 85%),

- de subir une angiographie coronarienne (47% vs 74%),

- de subir une angioplastie coronaire (29% vs 64%).

En conclusion, ce nouveau test apporte un avantage, combiné à l'EEG, de diagnostic du risque cardiaque chez les femmes. L'étude appelle donc à tenir compte non seulement des symptômes spécifiques aux femmes mais également des seuils de troponine spécifiques au sexe. Enfin, elle rappelle les progrès de prise en charge encore possibles de l'incident cardiaque chez la Femme.

Source: BMJ January 21 2015 2015;350:g7873 High sensitivity cardiac troponin and the under-diagnosis of myocardial infarction in women: prospective cohort study (Visuel © Kzenon - Fotolia.com)

Lire aussi:

CRISE CARDIAQUE: Pourquoi les femmes jouent un jeu dangereux -

CRISE CARDIAQUE: Mieux vaut ne pas la faire à l'hôpital

CRISE CARDIAQUE ou crise de nerfs? Chez les femmes, le doute retarde les soins -

STRESS: Son impact cardiaque est différent chez les hommes et chez les femmes –

HTA: L'hypertension bien plus dangereuse pour les femmes

Autres actualités sur le même thème