Vous recherchez une actualité
Actualités

FAST FOOD: L'étiquetage des calories a peu d'impact sur le choix des aliments

Actualité publiée il y a 9 années 1 semaine 2 jours
British Medical Journal

Cette étude menée par des chercheurs américains sur les 11 premières chaînes de fast food de New York, avant et après l’obligation d’indication des calories sur tous les menus et produits proposés, reste dubitative sur l’impact réel de la règlementation. Seuls 15% des clients déclarent composer leur repas en fonction des calories indiquées et, globalement, l'étiquetage n’apporte aucune différence dans le total des calories par repas consommé. Le point dans le BMJ du 26 juillet.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Depuis 2006, à New York, les chaînes de restauration sont tenues d'afficher la valeur calorique pour tous les plats à la carte, cela dans le cadre de la stratégie américaine de lutte contre l'obésité. En mars 2008, New York exigeait des chaines comprenant 15 restaurants ou plus de mettre en évidence les calories sur tous les menus et sur tous les plats composant le menu. Cet étiquetage des calories en restauration rapide a été considérée comme une étape novatrice mais peu de données sur l'efficacité de la mesure étaient encore disponibles.


L'étude portait sur un échantillon aléatoire de 275 fast food appartenant à 13 chaines, sur les 1.625 couverts par ce règlement. Ces fast food ont été évalués durant 9 semaines en 2007, puis en 2009. En 2007, une seule chaîne fournissait ces informations sur les calories, mais seulement pour un petit nombre restreint d'articles. En 2009 toutes les chaînes participant à l'étude étaient en conformité avec la nouvelle réglementation. Les chercheurs ont finalement retenu un échantillon de 168 fast food appartenant à 11 chaînes de restauration rapide. Ils ont interviewé un échantillon global de 3.600 clients durant chaque année de l'étude. Un tiers des consommateurs provenaient de quartiers très pauvres et McDonald et la chaine Subway représentaient à eux seuls 58% des repas.

Globalement des résultats décevants:

- les habitudes de consommation sont jugées similaires dans les deux périodes,

- le nombre moyen de calories par achat n'a pas changé (828 vs 846 kcal), bien que les clients achètent un peu moins de boisson,

- des réductions du nombre moyen de calories par achat pour 3 grandes chaînes de restauration rapide représentant 42% des clients interrogés ont été constatées (McDonald : 829 kcal en 2007 contre 785 kcal en 2009, Au Bon Pain 555 kcal vs 475 kcal et KFC: 927 kcal vs 868 kcal).

- Une augmentation du nombre moyen de calories par achat a été constaté dans au moins une chaîne (Métro: 749 kcal vs 882 kcal).

- En 2009, seuls 15% des clients ont déclaré avoir utilisé ces informations en calories pour choisir leur menu, soit 18% des femmes et 13% des hommes.

- Ces 15% de clients plus “sensibles” ont commandé des menus moins caloriques (757 kcal vs 863 kcal).

- Les clients des quartiers aisés se sont avérés plus susceptibles d'utiliser cette information (19% vs 12% des clients des quartiers les plus défavorisés).

Les chercheurs concluent que bien que cet étiquetage n'entraîne pas de diminution globale des calories achetées et consommées pour l'ensemble de l'échantillon, plusieurs grandes chaînes ont connu une réduction significative du nombre moyen de calories consommées entre 2007 et 2009.

Le fast food est lié à un apport calorique plus élevé, mais les informations sur la teneur en matières grasses, en sucre et en calories sont disponibles, au contraire de la nourriture consommée dans les restaurantsplus traditionnels. Le débat pourrait êtte l'adaptation de ce système d'étiquetage et l'évaluation des bénéfices pour le public.