Vous recherchez une actualité
Actualités

La POLLUTION augmente de 40% la récidive de crise cardiaque

Actualité publiée il y a 8 années 3 mois 2 semaines
American Heart Association

Une pollution élevée augmente le risque de crises cardiaques répétées de plus de 40%, conclut cette étude de l’Université de TAU. Répétées car non seulement les niveaux élevés de pollution atmosphérique sont des facteurs déclenchants de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral, mais sont facteurs de récidive sur le long terme, des événements cardiaques. Ces conclusions présentées au Congrès de l’American Heart Association de mars, à San Diego au Congrès annuel de la Israeli Heart Society d’avril dernier, montrent que la pollution pourrait avoir un impact bien plus redoutable sur certains groupes de populations plus vulnérables. Comme les patients cardiaques, par exemple.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

On sait déjà que la pollution de l'air est non seulement un grave danger pour l'environnement mais également un risque sanitaire majeur, associé à des infections respiratoires, au cancer du poumon et aux maladies cardiaques. Cette étude de l'Université de Tel-Aviv (TAU) montre que les patients cardiaques qui vivent dans les zones de pollution élevée ont un risque accru de 40% d'avoir une deuxième crise cardiaque par rapport à des habitants de zones à faible pollution. L'auteur principal, le Dr Yariv Gerber explique que, comme la cigarette, la pollution réveille le système inflammatoire. « Et lorsqu'on parle d'exposition à la pollution sur le long terme et d'un système inflammatoire chroniquement exacerbé, la pollution pourrait bien être impliquée dans la progression de la sclérose auriculaire présente dans les événements cardiaques ».


L'étude, menée sur 1.120 patients victimes d'une première crise cardiaque, avait pour objectif de quantifier l'association pollution atmosphérique et crise cardiaque et de préciser les effets à long terme de la pollution de l'air sur le risque d'infarctus du myocarde. Ces patients, âgés de moins de 65 ans au début de l'étude ont été recrutés en 1992-3 et ont été suivis jusqu'en 2011, soit sur une période de 19 ans. La qualité de l'air environnant des patients a été mesurée par 21 stations de proximité. Les données recueillies ont été ajustée avec les autres facteurs confondants, comme le niveau socio-économique du patient, la gravité de son état cardiaque.

Un risque accru de 43% de subir une deuxième crise cardiaque : Par rapport aux patients qui vivent dans les zones ayant les plus faibles niveaux enregistrés de pollution, ceux vivant dans une zone polluée présentent un risque augmenté de 43% de subir une deuxième crise cardiaque ou de souffrir d'insuffisance cardiaque congestive et de 46% d'avoir un AVC. Ces patients exposés à la pollution de l'air ont également un risque de décès accru de 35% dans les 20 ans suivant leur première crise cardiaque.

Selon les chercheurs, l'impact réel de la pollution atmosphérique pourrait être bien plus redoutable encore, d'abord parce que les stations de surveillance fournissent une estimation grossière de l'exposition, qui conduit à une probable sous-estimation de l'association, ensuite parce que certains groupes plus vulnérables, comme ici les patients cardiaques, peuvent souffrir d'effets bien plus sévères.

Source: EPI/NPAM 2012 « Air pollution linked to chronic heart disease

Accéder aux dernières actualités sur Pollution et santé

Lire aussi : POLLUTION : Augmentation du risque d'infarctus 6 heures après les pics

POLLUTION: Les fumées de diesel augmentent le risque cardiaque

Autres actualités sur le même thème