Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Des airelles pour combattre les graisses

Actualité publiée il y a 4 années 10 mois 4 semaines
Journal of Nutrition and Metabolism

Cette recherche sur des souris génétiquement modifiées pour devenir obèses et développer les caractéristiques du diabète, nourries en plus avec un régime riche en graisses, montre que les souris ayant reçu des airelles dans leur régime alimentaire ont pris bien moins de poids que les autres. Ces conclusions présentées dans le Journal of Nutrition and Metabolism suggèrent que ces baies sauvages les airelles bloquent totalement ou partiellement les effets métaboliques néfastes d'une alimentation riche en graisses.


Dans cette expérience, menée à la Lund University (Suède), toutes les souris, génétiquement modifiées pour développer l'obésité et le prédiabète, ont été nourries avec un régime riche en graisses pendant 13 semaines. 8 groupes de 12 souris ont reçu 8 types de baies (dont airelle, cassis, framboise, myrtille, mûre, camarine, pruneaux ou baies d'açai), 2 autres groupes ont reçu l'un le même régime alimentaire riche en graisses, et l'autre, un régime alimentaire allégé en graisses.

Toutes les souris ont pris beaucoup de poids, mais certains groupes moins :

· Au départ, les suris pesaient 25g, après le régime, la prise de poids est plus faible dans le groupe régime allégé en graisses : 32g,

· régime riche en graisses avec airelles : 33g,

· régime riche en graisses avec cassis : 36g,

· régime riche en graisses avec framboises : 37g,

· régime riche en graisses avec myrtilles : 37g,

· vs régime riche en graisses avec autres baies : 38g,

· vs régime riche en graisses sans baies ou avec baies d'açai : 48g.

Moins de graisse, moins de sucre dans le sang, moins de résistance à l'insuline, moins de cholestérol et moins de graisses dans le foie, chez les souris du groupe « airelles ». Alors que le groupe baies d'açai présentent un taux de cholestérol plus élevé que le groupe témoin sans baies. Reste à examiner l'effet de la consommation d'airelles chez l'Homme et la quantité nécessaire à produire cet effet, mais si les airelles ici n'ont pas empêché la prise de poids, elles semblent pouvoir bloquer totalement ou partiellement les effets métaboliques néfastes d'un régime trop riche en graisses. Au final, les chercheurs suggèrent que les airelles ont des effets métaboliques bénéfiques qui pourraient être utiles dans la prévention de l'obésité et de ses comorbidités.

Source: Journal of Nutrition and Metabolism January 14 2014 doi.org/10.1155/2014/403041

Evaluation of Beneficial Metabolic Effects of Berries in High-Fat Fed C57BL/6J Mice (Visuel © EM Art - Fotolia.com)

Lire aussi: CRISE CARDIAQUE: 3 portions de fruits rouges pour un tiers de risque en moins -

Autres actualités sur le même thème

Pages