Vous recherchez une actualité
Actualités

OMEGA 3 : Bénéfice ou non d'une supplémentation?

Actualité publiée il y a 10 années 1 mois 4 semaines
NEJM- Dr Dominique Lanzmann-Petithory

Si, explique le Dr Dominique Lanzmann-Petithory Gériatre et Nutritionniste*, l’acide α-linolénique (ALA), précurseur des oméga 3, favorise le bon fonctionnement cardio-vasculaire! Ce nutritionniste français souhaite ainsi réagir avec plusieurs confrères aux conclusions de l’étude Alpha Omega, dont les conclusions avaient été publiées ainsi, en novembre dernier dans le New England Journal of Medicine (NEJM): En effet, selon l’article du NEJM, la plupart des patients cardiaques qui prennent une supplémentation d'acides gras oméga-3 ne semblent pas en retirer une protection supplémentaire contre les troubles cardiaques… Alors bénéfice ou non d'une supplémentation en oméga-3, en post-infarctus? Le Dr. Dominique Lanzmann-Petithory nous livre son analyse.

Le Dr. Dominique Lanzmann-Petithory a adressé une réponse au NEJM, publiée le 3 mars 2011 par la revue.


Selon le Dr. D. L-P, la conception et la présentation des résultats de l'étude AOT sont orientées :

· La conclusion est tronquée et passe sous silence les bénéfices de l'ALA tout de même observés: Car l'étude met en évidence une baisse significative de 61% de l'arythmie ventriculaire chez les diabétiques (21% des 4.837 patients de l'étude).

· Les Hollandais ne manquent pas d'ALA et ne sont donc pas un bon terrain d'étude. Il est donc difficile, dans ce contexte, de démontrer une différence significative et un impact après intervention nutritionnelle.

· La méthode de comparaison des groupes de patients n'est pas satisfaisante, dans l'étude AOT, l'ALA n'est pas comparé de manière isolée au groupe témoin,

· La composition des margarines élaborées pour l'étude est inadéquate, leur forte teneur en oméga 6 inhibant, selon le Dr. D. L-P, l'action des oméga 3.

Les conclusions des auteurs sont donc discutables d'un point de vue scientifique et d'un point de vue de la santé publique au regard des recommandations des autorités sanitaires.

Ainsi, l'acide α-linolénique (ALA), précurseur de la famille des oméga 3 est indispensable pour les fonctions physiologiques de nombreux tissus, mais l'Homme ne sait pas le synthétiser. Il doit donc obligatoirement être apporté par notre alimentation, tout comme les vitamines. Une fois son apport assuré, l'Homme est capable de fabriquer tous les acides gras de la famille oméga 3.

Comment favoriser un apport nutritionnel suffisant en ALA? Pour que l'organisme profite des bienfaits des oméga 3 (anti-inflammatoires, faiblement agrégants plaquettaires, vasodilatateurs, anti-arythmiques, etc.), il est nécessaire que les oméga 6 soient présents en quantité modérée (pour cause de compétition enzymatique). On retrouvera essentiellement l'ALA dans le règne végétal et notamment dans les légumes verts à feuilles (salades, choux, persil, etc.), les noix, et surtout dans l'huile et les margarines de colza, produits dont bénéficieront aussi bien les cardiaques que les gens bien portants à tous les âges de la vie. L'usage quotidien de ces produits assure des apports adéquats avec un bon ratio oméga 6 sur oméga 3 sans risque de carence ni de surdosage.

Le Dr. Dominique Lanzmann-Petithory souhaite ainsi rappeler le bénéfice d'une consommation suffisante d'oméga 3 végétaux dans le cadre d'une alimentation équilibrée.