Actualités

OMEGA 3: Consommation élevée, risque réduit de maladies liées à l'obésité

Actualité publiée il y a 11 années 3 mois 1 semaine
European Journal of Clinical Nutrition

Cette étude pitoresque menée sur des Esquimaux Yup'ik d’Alaska, qui consomment en moyenne 20 fois plus d’acides gras oméga-3 grâce à leur consommation de poissons que les personnes dans les autres états des Etats-Unis, suggère qu'une forte consommation d’Oméga-3 contribue à prévenir les comorbidités de l'obésité telles que le diabète et les maladies cardiaques. Cette étude, menée par des chercheurs du Fred Hutchinson Cancer Research Center en collaboration avec l'Université of Alaska-Fairbanks, a été publiée dans l’édition avancée en ligne du 23 mars du European Journal of Clinical Nutrition.

«Les résidents des villages Yup'ik ont participé à cette recherche parce qu'ils étaient intéressés par la santé de leurs communautés et particulièrement préoccupés par les effets sanitaires de l'abandon de leurs pratiques traditionnelles et l'adoption de modes de vie à l'américaine”.


Oméga 3 et prévalence de surpoids: Les Esquimaux Yup'ik ont ​​un régime alimentaire traditionnel qui comporte de grandes quantités de poissons gras et ont, du même coup, une prévalence de l'embonpoint ou de l'obésité comparable à celle de la population américaine en général. C'était donc une occasion unique pour les chercheurs d'étudier si les oméga-3 modifient l'association entre l'obésité et le risque de maladies chroniques.

L'étude : Le Pr. Zeina Makhoul, auteur principal et chercheur post-doctoral au Centre Hutchinson a mesuré, avec son équipe, les acides gras présents dans le saumon, les sardines et autres poissons gras: l'acide docosahexaénoïque, ou DHA, et l'acide eicosapentaénoïque, ou EPA. Les chercheurs ont analysé les données d'une étude communautaire menée sur 330 personnes vivant dans la région du Yukon Kuskokwim Delta du sud-ouest de l'Alaska, dont 70% étaient en surpoids ou obèses. Comme prévu, les chercheurs constatent que chez les participants ayant de faibles concentrations sanguines de DHA et d'EPA, l'obésité a fortement augmenté à la fois les triglycérides dans le sang et la protéine C-réactive, ou CRP (une mesure de l'inflammation générale du corps). Des niveaux élevés de triglycérides et de CRP augmentent le risque de maladie cardiaque et, éventuellement, de diabète.

Le résultat remarquable est que, dans ce groupe de population, l'obésité n'aggrave pas ces facteurs de risque chez les participants présentant des taux sanguins élevés en oméga-3. Les chercheurs concluent que les apports élevés e poisson et fruits de mer riches en oméga-3 protègent les Esquimaux Yup'ik de certains des effets néfastes de l'obésité. Bien que les Esquimaux Yup'ik présentent un surpoids ou une obésité comparable à la prévalence américaine moyenne, la prévalence du diabète de type 2 est nettement plus faible - 3,3% contre 7,7%.

"Il y a de bonnes raisons d'augmenter la consommation de poisson gras, l'association oméga-3 et réduction du risque de maladie cardiaque étant bien établi, mais nous avons appris de nombreuses autres études qu'à des doses très élevées, certains suppléments nutritionnels peuvent faire plus de tort que de bien." Donc, avant de préconiser une recommandation de santé publique, les chercheurs précisent qu'un essai clinique randomisé est nécessaire pour vérifier à grande échelle que l'augmentation des apports en oméga-3 réduit bien et aussi considérablement les effets colatéraux de l'obésité.