Vous recherchez une actualité
Actualités

PSYCHO: Savoir aimer est-il lié à la petite enfance?

Actualité publiée il y a 8 années 7 mois 2 semaines
Current Directions in Psychological Science

La capacité de faire confiance, d’aimer et de résoudre les conflits avec ses proches prend racine à la petite enfance, explique cette analyse scientifique publiée dans Current Directions in Psychological Science, une revue de l'Association for Psychological Science. Mais pas seulement. Cette étude prouve aussi que chacun peut surmonter « ces vieux schémas » de l’enfance. Un bébé abandonné pourra devenir fidèle. Un nourrisson mal-aimé pourra apprendre à aimer.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

"Vos expériences avec votre mère au cours des 12 à 18 premiers mois de vie peut conditionner votre vie amoureuse 20 ans plus tard," explique la psychologue Jeffry A. Simpson, auteur de l'analyse, avec ses collègues de l'Université du Minnesota Andrew W. Collins et Jessica E. Salvatore. «Bien avant vos premiers souvenirs et vos tout premiers mots, ces attitudes encodées de manière implicite et inconsciente dans votre esprit», conditionnent déjà la manière dont vous serez traité ou l'amour et l'affection que vous serez capable de donner. Mais en partie seulement.


Car ces attitudes peuvent évoluer avec de nouvelles relations, par l'introspection et éventuellement les thérapies, même si, en période de stress, les vieux démons auraient tendance « à remonter ». L'enfant maltraité deviendra souvent un interlocuteur sur la défensive; le bébé dont la mère était attentionnée et encourageante va traverser les épreuves en faisant confiance à la bonne volonté de l'autre. Mais pas toujours.

Ce qui vous arrive bébé, affecte l'adulte que vous devenez : Evidemment, c'est une vision un peu organisationnelle du développement social humain, précise Jeffry A.: «Les gens trouvent une manière cohérente et adaptée et du mieux qu'ils le peuvent, pour répondre à leurs environnements actuels en fonction de leurs expériences passées." Ce qui vous arrive alors bébé, affecte l'adulte que vous devenez.

Ces chercheurs ont donc enquêté sur les liens entre les relations mère-enfant et sur la vie affective et amoureuse des enfants devenus grands, à partir des données de l'étude Minnesota Longitudinal Study of Risk and Adaptation. Leur analyse a porté sur 75 enfants de mères à faible revenu dont ils ont retracé les relations amicales et amoureuses depuis la naissance et jusqu'à la trentaine. A la naissance, les enfants avaient vécu des situations étranges ou stressantes avec leurs mères. Le développement affectif et social de ces enfants avait donc été évalué régulièrement. Les auteurs ont porté toute leur attention sur les compétences développées, la résilience, les conflits…durant le cursus scolaire, à l'adolescence puis dans la vie amoureuse.

Par analyses multiples, leur recherche confirme les premières théories mais s'en écartent aussi. «Les psychologues concluent à une grande continuité dans les traits d'une personne et dans son comportement au fil du temps", explique l'auteur. Nous avons trouvé un lien faible entre le bébé dans les bras de sa mère et l'adulte dans les bras de sa/son partenaire. Mais il nous a été plus difficile de trouver des preuves d'une continuité stable que des preuves de changements sur de nombreux aspects. En conclusion, bien comprendre ce modèle classique de « continuité » et avec un partenaire digne de confiance, peut contribuer à réviser ce modèle et à adapter son comportement.

Chacun peut parvenir à surmonter « ces vieux schémas », conclut l'auteur. Un bébé abandonné peut devenir fidèle. Un nourrisson mal-aimé peut apprendre à aimer.

Source: Current Directions in Psychological Science December 2011 vol. 20 no. 6 355-359 doi: 10.1177/0963721411418468 The Impact of Early Interpersonal Experience on Adult Romantic Relationship Functioning: Recent Findings From the Minnesota Longitudinal Study of Risk and Adaptation" (Schéma APS- Visuel INSV)
Lire aussi: GROSSESSE: Et si la dépression de la mère impactait le cerveau de l'Enfant?
GROSSESSE: Gare à l'accumulation de stress -

Autres actualités sur le même thème