Vous recherchez une actualité
Actualités

RÉGIMES alimentaires : Une nouvelle explication scientifique à l'effet YO-YO

Actualité publiée il y a 9 années 7 mois 3 heures
Journal of clinical endocrinology and metabolism

Quand on souhaite perdre des kilos, il est important de savoir que certaines hormones, liées à l'appétit jouent un rôle très important dans la probabilité de reprise de poids après un régime. C’est le cas de la leptine et de la ghréline dont les concentrations dans le sang pourraient permettre d’anticiper le résultat de tel ou tel traitement de perte de poids. Cette nouvelle étude confirme en effet que les personnes ayant les plus hauts niveaux de leptine et de plus faibles niveaux de ghréline sont plus susceptibles de reprendre le poids qu’elles ont perdu à grand mal. Des conclusions publiées dans le Journal of clinical endocrinology and metabolism.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les médecins doivent se préoccuper des patients qui, après un régime amaigrissant, ont repris les kilos perdus en très peu de temps ou même un surpoids encore plus important. L'effet «yo-yo» a été évoqué par de nombreuses études scientifiques et confirmé par le dernier rapport sur l'« Evaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d'amaigrissement » publié au 25 novembre, par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

"Il ya des patients qui sont résistants aux régimes alimentaires, la façon dont chaque patient réagit au traitement est déterminée par ses caractéristiques propres " rappelle le Dr.Ana Belén Crujeiras, auteur principal de l'étude et médecin à l'University Hospital Complex of Santiago. Car les chercheurs ont analysé le rôle des taux plasmatiques de certaines hormones comme la ghréline, la leptine et l'insuline sur la reprise de poids chez 104 personnes en surpoids qui suivaient un régime hypocalorique. Après huit semaines, le groupe qui avait regagné plus de 10% de sa perte de poids présentait les niveaux les plus élevés de leptine et les niveaux les moins élevés de ghréline. Aucune association n'a été observée avec le taux d'insuline. Ces résultats montrent l'impact spécifique de la ghréline et de la leptine.

«Certains patients obèses ou en surpoids qui reprennent plus de poids après un régime alimentaire pourraient être identifiés avant de se lancer sur tel ou tel traitement de perte de poids, juste par examen des concentrations plasmatiques de ces hormones", souligne le Dr.Crujeiras.

Selon les auteurs, cette étude ouvre la porte à des études plus exhaustives sur les hormones liées à l'appétit comme outils de développement de programmes d'amaigrissement personnalisés qui garantiraient un niveau d'efficacité pour les patients obèses ou en surpoids.

"Endocrinologues et nutritionnistes devrait concevoir un programme spécial pour les patients présentant des niveaux les plus élevés de leptine et des niveaux bas de ghréline avant de commencer un régime hypocalorique, sachant que ces patients sont a priori les plus susceptibles de reprendre le poids qu'ils ont perdu sur le court terme ».

Autres actualités sur le même thème