Vous recherchez une actualité
Actualités

SOMMEIL: Plus on en manque, plus on fonctionne au ralenti

Actualité publiée il y a 8 années 1 semaine 2 jours
Journal of Vision

Une équipe de chercheurs de l'hôpital Brigham and Women de (BWH) vient de démontrer ce que chacun d’entre nous a pu éprouver après une nuit d’insomnie, le lendemain à son travail. Indépendamment de la perception ou non de la fatigue, le manque de sommeil influence la façon nous effectuons certaines tâches et, globalement, nous met « au ralenti ». Ce constat publié dans l’édition du 26 Juillet du Journal of Vision a des conséquences importantes, en particulier en matière de sécurité et sur l’accomplissement de tâches de contrôle visuel.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

L'équipe a examiné comment le sommeil peut affecter des tâches complexes de recherche visuelle, communes à des activités sensibles pour la sécurité, comme par exemple, le contrôle du trafic aérien, le contrôle des bagages ou encore les opérations de surveillance des centrales électriques, explique le Pr Jeanne F. Duffy, neurologue au BWH et auteur principal de l'étude. Ces types de tâches impliquent des processus répétés, un encodage et une récupération rapides de l'information visuelle, une prise de décision quasi-immédiate à partir de l'information perçue.


Les chercheurs ont recueilli et analysé les données de tâches de contrôle visuel auprès de 12 participants sur une étude d'un mois. Dans la première semaine, tous les participants ont dormi 10 à 12 heures par nuit afin de bien se reposer. Durant les 3 semaines suivantes, les participants n'ont pu dormir que 5 à 6 heures par nuit, et se voyaient imposer un décalage horaire pour leurs heures de sommeil. Les participants ont effectué des tâches de recherche visuelle et les chercheurs ont enregistré leur rapidité d'exécution.

L'étude constate que plus les participants manquent de sommeil, plus lente est leur vitesse d'exécution des tests. Même lorsque le sommeil est décalé par rapport au cycle circadien, la vitesse d'exécution est réduite. Plus la durée de manque de sommeil régulier est prolongée ou décalée, plus les participants sont lents dans l'accomplissement des tâches de recherche visuelle. Et même si la perception du participant sur ses capacités ne se détériore pas au fil du temps.

Des informations précieuses pour les salariés de nuit, et leurs employeurs, qui devront donc tenir compte d'une vitesse d'exécution moindre pour le travail de nuit.

Source : Journal of Vision July 26, 2012 12(7): 14; doi:10.1167/12.7.14 “The effects of circadian phase, time awake, and imposed sleep restriction on performing complex visual tasks: Evidence from comparative visual search

Lire aussi: HORLOGE INTERNE: Dès la naissance, le cerveau fait la différence entre le jour et la nuit

Autres actualités sur le même thème