Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAC: Fumer, n'est-ce pas un peu se suicider?

Actualité publiée il y a 4 années 4 mois 3 semaines
PLoS ONE

Le suicide associé au tabagisme oui, sans doute parce que les personnes mentalement plus fragiles fument plus, mais existe-t-il une véritable relation de causalité du tabac à la tentative de suicide ? Autrement dit, le tabac peut-il favoriser les pensées suicidaires puis le passage à l'acte ? Cette nouvelle étude menée sur plus de 30.000 américains le suggère. Elle conclut, dans la revue PLoS ONE, que l'initiation, l'usage persistant du tabac, la rechute « tabagique », sont associés à un risque accru de tentatives de suicide (TS).

Une étude de l'École de médecine de l'Université de Washington, publiée dans la revue Nicotine & Tobacco Research intitulée « Proving the smoking-suicide association » (2) avait déjà apporté des preuves de taux de suicide plus élevés chez des fumeurs vs non-fumeurs et avait attribué cette association au fait que les personnes souffrant de troubles psychiatriques, qui ont des taux de suicide plus élevés, ont également plus tendance à fumer. Elle suggérait au-delà que fumer peut directement augmenter le risque de suicide en regardant l'effet des politiques contre le tabagisme sur les taux de suicide.


Les chercheurs ont pris en compte l'ensemble des modes de consommation tabagique (ancien usage, utilisation persistante, initiation au tabac, sevrage tabagique, rechute et dépendance au sens du DSM-IV et ont évalué leur association avec le risque (ou taux) de TS. Leur analyse a porté sur les données des 2 vagues de la cohorte National Epidemiologic Survey of Alcohol and Related Conditions de 34.653 adultes américains interrogés une première fois en 2001 puis une seconde fois en 2004-5.

· 1.673 participants ont déclaré au moins une TS au cours de la vie lors de la vague N°1,

· 2.328 participants ont déclaré au moins une TS entre les vagues 1 et 2.

· L'usage du tabac actuel et ancien à la vague 1 prédit le risque de TS quelques années plus tard (vague 2) : Ratio de risque ajusté : 1,49. Ce qui signifie que le tabagisme est associé à un risque accru de près de 50% quelques années plus tard.

· La plus forte association avec le risque de TS est observée chez les anciens fumeurs qui ont rechuté après un sevrage. Ces derniers ont un risque multiplié par plus de 4 de TS.

· L'usage du tabac persistant (de la vague 1 à la vague 2) est également associé à un risque de suicide multiplié par 2.

· Seuls les anciens fumeurs « s'en sortent » bien et n'ont pas d'augmentation du risque de TS, suggérant en cas de renoncement, que le risque de suicide est spécifique aux fumeurs qui rechutent après leur sevrage.

En conclusion, l'usage du tabac, indépendamment des tentatives manquées de sevrage, est associé à un risque de tentative de suicide. Mais, encore une fois, l'étude ne montre pas, ni n'explique, que le tabac pourrait favoriser les pensées suicidaires. D'autres études ont néamoins suggéré que l'hypoxie ou un manque d'oxygène au cerveau, induit par la toxicité de la cigarette pourrait favoriser le passage à l'acte.

Sources: PLoS ONE April 7, 2015 DOI: 10.1371/journal.pone.0122607 Tobacco Use and Suicide Attempt: Longitudinal Analysis with Retrospective Reports

(2) Nicotine & Tobacco Research July 16, 2014 doi: 10.1093/ntr/ntu106 Proving the smoking-suicide association: Do smoking policy interventions affect suicide risk? Nicotine & Tobacco Research

Plus d'études sur le Tabac

Autres actualités sur le même thème