Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCERS: L'immunothérapie qui met le turbo dans le système immunitaire

Actualité publiée il y a 4 années 6 mois 4 semaines
Science

Démultiplier le nombre de cellules tueuses du système immunitaire –ici les lymphocytes T cytotoxiques (TCD8) pour surmonter «l’épuisement» du système immunitaire de l'organisme face à l’invasion des cellules cancéreuses, c’est le concept de cette nouvelle forme d’immunothérapie développée par ces chercheurs britanniques. Son nom : lymphocyte expansion molecule (LEM) ou molécule d’expansion des lymphocytes T, une protéine capable d'augmenter le nombre de cellules tueuses ou d’induire des turbocharged T cells. Testée sur la souris et présentée dans la revue Science, la technique apparaît déjà très prometteuse pour lutter non seulement contre les cancers mais aussi contre les infections virales.

Les chercheurs de l'Imperial College London, de la Queen Mary University (London), de la Harvard Medical School et de l'ETH Zurich ont utilisé des techniques génétiques pour étudier, chez la souris, le comportement de ces cellules TCD8. Ils identifient ainsi une protéine, décrite comme une molécule d'expansion de ces lymphocytes qui permet d'en augmenter le nombre et d'améliorer la capacité du système immunitaire à lutter contre les virus ou les cellules cancéreuses.


Un turbo dans le système immunitaire: A la recherche d'un moyen pour surmonter l'épuisement du système immunitaire de l'organisme lorsque ses cellules tueuses sont submergées par les cellules cancéreuses ou les virus, les chercheurs ont eu l'idée de combler la défaillance des lymphocytes T ou ou cellules T cytotoxiques qui détruisent les cellules anormales ou cancéreuses. Cette défaillance a en effet 2 conséquences, celle de la réponse immunitaire à court terme, mais celle du développement de cellules TCD8 «mémoire» capables de reconnaître les cellules anormales en cas de nouvelle infection ou invasion.

La recherche a consisté à infecter des souris avec le virus de la chorioméningite lymphocytaire (LCMV C13) afin de créer un modèle animal d'infection virale chronique chez l'homme. Ce virus va en effet entraîner l'épuisement immunitaire des cellules CD8 et bloquer le développement des cellules de mémoire. D'autres souris ont été injectées de cellules tumorales de manière à obtenir des souris modèles de cancer. En étudiant les souris à réponse immunitaire accrue, les chercheurs ont pu identifier le gène à l'origine de cette réponse accrue, soit avec des taux accrus de TCD8 10 fois supérieurs à ceux des autres souris et une production accrue de cellules de mémoire.

Une protéine appelée molécule d'expansion des lymphocytes (LEM) : Les chercheurs montrent que ce gène et la protéine LEM sont impliqués dans cette immunité renforcée et, à partir de là, identifient l'équivalent humain de la protéine LEM et montrent à nouveau qu'il est produit à des niveaux plus élevés dans les cellules T humaines en cas d'infection. Augmenter la quantité de LEM entraîne également une production accrue de cellules T.

Des turbocharged T cells: La conclusion est donc que LEM non seulement restaure l'immunité face à l'infection virale chronique ou face à la tumeur et augmente également le développement des cellules de mémoire, armant ainsi le système immunitaire pour les attaques à venir. LEM est donc une cible qui permet d'éviter un état d'épuisement immunitaire face à une infection ou un cancer. Une base extrêmement prometteuse pour développer de nouveaux traitements contre le cancer….et l'infection chronique.

Sources: Science April 17 2015 DOI: 10.1126/science.aaa7516 The protein LEM promotes CD8+ T cell immunity through effects on mitochondrial respiration (Visuel Imperial College “Cytotoxic T cells with the protein LEM stained)

Lire aussi: CANCER et VACCINS THÉRAPEUTIQUES : Vers un développement des immunothérapies ?

Autres actualités sur le même thème