Vous recherchez une actualité
Actualités

GROSSESSE: Les mères fumeuses font des bébés sans défense face au stress

Actualité publiée il y a 4 années 11 mois 5 jours
Psychoneuroendocrinology

Les enfants nés de mères qui ont fumé pendant la grossesse présentent des niveaux inférieurs d'hormones de stress, une réponse réduite au stress et des altérations sur un gène qui régule le passage des hormones de stress de la mère au fœtus. En conséquence, ces enfants ont un système de stress insuffisant pour faire face ensuite aux facteurs de stress de la vie quotidienne. Ces données, publiées dans la revue Psychoneuroendocrinology, contribuent à expliquer les liens entre le tabagisme de la mère pendant la grossesse et le risque de troubles du comportement et de …tabagisme de l’enfant, plus tard dans la vie.


Cette équipe de l'Hôpital Miriam (Rhode Island), menée par le Pr Laura Stroud, des Centers for Behavioral and Preventive Medicine a évalué les effets du tabagisme pendant la grossesse sur la réponse au stress chez les nouveau-nés. Le Pr Stroud s'interesse depuis longtemps aux effets du tabagisme pendant la grossesse sur l'ADN dans le placenta et aux modifications épigénétiques ou chimiques induites dans l'ADN du gène du récepteur des glucocorticoïdes, qui régule le passage de l'hormone de stress, le cortisol, de la mère au fœtus.

Son étude a porté sur 100 paires mère-nouveau-né issues de familles à faibles revenus, et d'origines ethniques diverses. L'histoire du tabagisme chez les mères a été documentée quotidiennement par entretiens et évaluation des niveaux de nicotine dans le sang. A la naissance des bébés, l'ADN des placentas a été analysé pour évaluer les modifications dans les niveaux de récepteurs des glucocorticoïdes. Les niveaux de cortisol des nouveau-nés ont été mesurés pendant et après les examens neurocomportementaux réalisée à 7 reprises au cours du premier mois de vie.

Un système de stress incapable de répondre aux facteurs de stress de la vie quotidienne : Les résultats montrent que les enfants exposés au tabagisme ont des niveaux de cortisol réduits à la base et en réponse aux différents stimuli des examens neurocomportementaux. Ces effets du tabagisme pendant la grossesse sur le cortisol et la réponse au stress infantile sont expliqués par des altérations de l'ADN d'un gène qui régule le passage de cortisol de la mère au fœtus.

Ces nouveau-nés ne sont pas capables d'une réponse hormonale adéquate aux facteurs de stress quotidiens. « Leurs systèmes de stress ne sont pas préparés aux facteurs de stress de la vie quotidienne», explique l'auteur principal. Une conséquence particulièrement préjudiciable chez les bébés nés de mères aux ressources limitées et aux compétences parentales insuffisantes.

Une influence épigénétique : C'est l'explication privilégiée par les chercheurs pour ces altérations des hormones de stress. « Nos résultats suggèrent que les effets du tabagisme pendant la grossesse sur la réponse infantile au stress sont expliqués par des changements dans l'ADN et parce que ces modifications sont épigénétiques, il y a l'espoir de pouvoir annuler ces modifications par l'environnement ou les médicaments ». Ces altérations épigénétiques contribuent ainsi à expliquer les liens entre le tabagisme des mères pendant la grossesse et le risque de problèmes de comportement et de dépendance à la nicotine pour l'Enfant, plus tard dans la vie.

Sans compter les autres effets du tabagisme durant la grossesse : Les auteurs rappellent les principaux effets du tabagisme maternel sur l'Enfant : Une plus petite taille et un plus faible poids de naissance, le risque de prématurité, les troubles du comportement et de l'attention, l'asthme mais aussi la même dépendance à la nicotine. Ces résultats apportent une raison supplémentaire pour lutter contre le tabagisme durant la grossesse et appellent à développer des interventions précoces auprès des bébés nés de mères fumeuses.

Source: Psychoneuroendocrinology October 2014 doi.org/10.1016/j.psyneuen.2014.05.017 Maternal smoking during pregnancy and infant stress response: Test of a prenatal programming hypothesis

Autres actualités sur le même thème