Vous recherchez une actualité
Actualités

BINGE DRINKING: Plus on boit jeune, plus on boit en excès

Actualité publiée il y a 6 années 7 mois 1 semaine
Alcoholism: Clinical & Experimental Research

Plus on commence à boire jeune, plus le risque est élevé de passer au binge drinking, explique cette étude de l’Université de Washington, qui analyse les conséquences de l’abaissement, dans certains états, de 21 à 18 ans, de l’âge légal, aux Etats-Unis, pour acheter de l’alcool. Leurs conclusions, publiées dans l’édition du 6 février de la revue Alcoholism: Clinical & Experimental Research confirment la relation entre l’âge de l’expérimentation et l’abus d’alcool.

Les Etats-Unis constituent un terrain d'étude intéressant puisque depuis 1975, rappellent les auteurs, de nombreux Etats ont abaissé l'âge légal d'achat d'alcool de 21 ans (en jaune) à 18 (marron) ou 19 ans (orange). Aujourd'hui, les personnes qui ont grandi dans les États où il était légal de consommer de l'alcool avant 21 ans s'avèrent plus susceptibles d'être des buveurs excessifs plus tard dans la vie.


Les chercheurs ont suivi la consommation de plus de 39.000 personnes qui ont commencé à boire de l'alcool dans les années 1970. Andrew D. Plunk, chercheur post-doctoral en psychiatrie explique que la possibilité d'acheter légalement de l'alcool avant l'âge de 21 ans s'avère associée à une consommation excessive d'alcool plus fréquente. En effet, l'abaissement de l'âge légal de la consommation a entraîné non pas une consommation générale plus importante d'alcool mais une consommation excessive plus fréquente. Ainsi, l'abaissement en deçà de 21 ans est associé à un risque accru de 19% de binge drinking à raison de plus d'une fois par mois. Cette relation entre jeunesse de l'expérimentation et excès est particulièrement significative chez les hommes à plus faible niveau d'étude, soit un risque accru de 31% de binge drinking à raison de plus d'une fois par mois.

Pour les auteurs, c'est un avertissement. En particulier face au phénomène du binge drinking sur les campus universitaires.
Mais c'est aussi un appel à ne pas oublier les jeunes qui ne suivent pas un cursus d'études supérieures, car dans cette étude, ce sont eux qui sont les plus touchés.

Source: Alcoholism: Clinical & Experimental Research March 2013 DOI: 10.1111/j.1530-0277.2012.01945 The persistent effects of minimum drinking age laws on drinking patterns later in life

Accéder aux dernières actualités sur le Binge Drinking

Autres actualités sur le même thème