Actualités

EBOLA: Un retour mortel en Ouganda

Actualité publiée il y a 11 années 1 mois 3 semaines
CDC

Le ministère de la Santé de l'Ouganda vient d’informer au 13 mai l'OMS d'un cas de fièvre hémorragique à virus Ebola chez une jeune fille de 12 ans. Une semaine auparavant, la jeune fille s’était présentée dans une clinique privée de la ville de Zirobwe, avec depuis 5 jours une fièvre aiguë avec des épisodes hémorragiques. Transférée à l'Hôpital général militaire de Bombo, elle est décédée quelques heures plus tard. Les analyses de l'Institut ougandais de recherche sur les virus (UVRI) d’Entebbe confirment la présence du virus Ebola.


L'Institut vient d'envoyer pour séquençage un échantillon aux Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et une enquête épidémiologique est en cours, avec l'appui des équipes de l'OMS. Une surveillance et un dépistage actif des cas et un dispostif de prévention et de contrôle des infections ont été mis en place.

Le virus Ebola appartient à la famille des Filoviridae (filovirus) et comprend 5 souches, Zaïre, Soudan, Bundibugyo, Côte d'Ivoire et Reston. Les 3 premières provoquent une forte fièvre hémorragique avec un taux de motalité élevé pouvant atteindre 90%, les 2 dernières “Côte d'Ivoire et Reston” ne provoquent pas de forme grave. Aucun traitement spécifique ni vaccin n'est encore disponible. Le virus Ebola se transmet par contact direct avec le sang, les sécrétions, les organes ou d'autres fluides corporels des personnes infectées et fréquemment, en Afrique à l'occasion des rites funéraires.

Depuis 1976, 1850 cas et plus de 1200 décès ont été recensés et documentés: Le virus Ebola a été identifié au Soudan et en République démocratique du Congo en 1976, infectant 284 personnes au Soudan, faisant 151 décès. Un cas isolé s'est à nouveau déclaré en République démocratique du Congo en 1977 et une autre flambée au Soudan en 1979 (33 cas, dont 22 décès). En 1989, le sous-type Reston du virus Ebola, a été isolé chez des singes en Virginie. De 1989 à 1996, plusieurs flambées provoquées par le sous-type Ebola chez des singes ont été recensées aux Etats-Unis et en Italie. Un cas humain de fièvre hémorragique Ebola-Côte d'Ivoire a été confirmé en Côte d'Ivoire en novembre 1994. Une épidémie de grande ampleur est survenue en République démocratique du Congo en 1995 avec 315 cas, dont 250 mortels. Au Gabon, Ebola s'est produit la première fois en 1994 avec d'autres flambées en février et de Juillet 1996 (60 cas dont 45 décès). En Octobre 2000, Ebola a été signalé dans le nord de l'Ouganda. Entre Septembre 2000 et Janvier 2001, le sous-type Soudan a ainsi infecté 425 cas, dont 224 décès, faisant de cette dernière vague épidémique la plus importante à ce jour. D'octobre 2001 à décembre 2003, plusieurs flambées épidémiques du sous-type Zaïre ont été signalées au Gabon et en République du Congo avec un total de 302 cas et 254 décès.

en dépit d'études approfondies. Car bien que des primates non-humains soient source d'infection pour l'Homme, ils ne semblent pas être le réservoir. L'observation en laboratoire a montré que les chauves-souris infectées expérimentalement par le virus Ebola ne meurent pas et suggèrent que ces mammifères peuvent jouer un rôle dans le maintien du virus en forêt tropicale. Des études écologiques de grande ampleur sont actuellement en cours.